Qui suis-je ? Par Aude Schaeffer, fondatrice de MUUDANA

Aude Schaeffer Jardin Majorelle

(Attention! Deux surprises se sont glissées à la fin de cet article!)

Qui suis-je ? Il est toujours difficile de répondre à cette question….

Cela fait un an et demi que vous me croisez au détour d’une publication, dans la couture d’un vêtement, dans le choix d’un tissu… Peut-être avez-vous envie de mieux me connaître?

Si je devais me décrire en 3 mots, je dirais rêveuse, idéaliste et voyageuse…

J’ai grandi en banlieue parisienne, à Nanterre, une ville métissée et multiculturelle, mélangeant communisme et immigration. A l’ombre de Paris et de la Défense, des petits pavillons bourgeois se serrent à côté de grands HLM. Les classes d’école y font le tour du monde des nationalités et des CSP. Grandir à Nanterre m’a ouvert les yeux sur la diversité du monde, sa beauté et aussi son inégalité.

C’est probablement ma maman qui m’a transmis ce goût pour la culture, les arts et l’histoire, en me traînant dès le plus jeune âge dans tous les musées parisiens. Ajoutons à cela une arrière-grand mère couturière d’un côté, et des ancêtres peintres ou musiciens de l’autre, on peut facilement imaginer une filiation. Hasard des choses? Mon arrière grand cousin, le peintre Majorelle a créé la villa Majorelle à Marrakech, devenue célèbre lorsqu’elle a été reprise par… Yves Saint Laurent!

Pourtant au départ, je ne m’étais pas du tout destinée à créer une marque de mode… Si adolescente je rêvais de devenir styliste et adorait peindre, j’ai opté pour la classique filière économie-gestion-université après le bac. Mon envie d’ailleurs, de création et d’engagement étant toujours présente, je me suis rapidement investie dans différentes associations étudiantes. Petit à petit, ma conscience des dysfonctionnements de ce monde s’est renforcée. Mes convictions également…

Puis c’est un voyage au Pérou qui a tout changé. Partir seule à 20 ans, pour passer un an à l’autre bout du monde, c’est une sacré expérience que je souhaite à tous! D’autant qu’à l’époque (2005) Facebook n’était pas là pas pour raccourcir les distances. Je suis alors partie au Pérou sans ordinateur et seul le téléphone fixe me permettait de donner des nouvelles à ma famille de temps en temps (inimaginable maintenant!).

Au Pérou, j’ai trouvé un pays d’adoption, une deuxième famille, des amis pour la vie et ma vocation! Passionnée par la culture locale c’est dans ce beau pays que m’est venue l’idée de création d’une marque de vêtement mêlant tissus artisanaux et coupes contemporaines. Parallèlement, la pauvreté dans les barrios de Lima et les nombreuses associations rencontrées ont renforcé ma volonté de m’inscrire dans une filière responsable ou équitable.

Puis il a bien fallu rentrer, rentrer en France terminer ses études… Mon idée de création de marque de mode éthique étant bien ancrée dans ma tête, j’ai continué à m’intéresser au domaine. J’ai donné à mes études un tournant durable, organisé le premier défilé de mode éthique étudiant, invité Sébastien Kopp de Véjà à un talk sur l’entrepreneuriat éthique, co-créé l’association de développement durable de mon Université, suivi des cours de micro-crédit et responsabilité sociale, fait mes stages dans le domaine…

Talk Sebastien Kopp Veja
En 2008, étudiante, j’anime un talk avec Sebastien Kopp de Veja. Plus tard j’irai visiter ses partenaires au Brésil

Et à nouveau l’appel de l’ailleurs…. Mes études finies, je ne me sentais pas le courage de me lancer dans un projet entrepreneurial. La création d’une marque de mode éthique me semblait être un rêve inatteignable, trop haut pour moi qui n’avais pas de formation en stylisme. J’ai préféré en apprendre plus sur le monde. Je suis alors partie 6 mois seule, sac à dos sur le dos à la rencontre de projets de développement durable au Brésil. Mon objectif: comprendre ce que peut changer concrètement un projet de commerce équitable pour ses bénéficiaires! J’ai rencontré une vingtaine de projets incroyables, des dizaines de personnes terriblement inspirantes, écrit un blog, et appris tellement de choses que je n’aurais jamais appris à l’université! Voyager seule a aussi été un apprentissage sur moi-même très utile, cela m’a rendue plus courageuse, plus forte.

Bresil et developpement durable
En 2009, au Brésil, lors du Forum Social Mondial, en pleine opération « tatouage tribal »

A nouveau le retour en France, plein d’étoiles dans la tête. Malgré tout, la création de ma marque me faisait toujours peur. Je ne m’en sentais pas capable. C’est alors que m’a été proposé le job idéal: développer une petite association de solidarité internationale. L’indépendance de l’entrepreneuriat avec la sécurité du salariat. Une vie à Paris, mais de nombreux voyages professionnels en Afrique. Je ne pouvais que dire oui!

J’ai ainsi passé belles 6 années à développer des projets de solidarité internationale entre l’Afrique et Paris. Je m’investis corps et âme pour un projet de logement social coopératif auquel je croyais fortement. J’appris à manager une structure, des fonds publics aux conditions d’utilisation draconiennes, diriger une équipe internationale, créer des partenariats avec des communautés locales, développer des projets répondant aux besoins locaux…. Une expérience incroyablement formatrice et enrichissante!

Cooperatives d'habitat en Afrique
En 2010, avec mes partenaires locaux à Thiès, Sénégal
Aude Schaeffer Afrique
En 2014, avec un de mes principaux partenaires, à Thiès, Sénégal

Au bout de 6 ans, l’appel de l’ailleurs se fit à nouveau ressentir… Et une rencontre…celle de mon mari… Lorsqu’il m’a annoncé qu’il partait travailler au Cambodge, je n’ai pas hésité longtemps! Un nouveau continent à découvrir!

J’ai tout quitté pour le suivre, CDI, appartement, famille… Arrivée à Phnom Penh je pouvais facilement trouver une nouvelle place en ONG…. Mais lui, ingénieur textile, m’a donné confiance en moi. Il m’a convaincue d’écouter mon coeur, et de réaliser mon rêve. J’ai commencé à me dire, pourquoi pas ? Pourquoi ne pourrais-je pas créer cette marque dont je rêve depuis si longtemps ? Pourquoi ne pourrais-je pas m’auto-former? Quel risque prendrais-je ? Celui de ne pas réussir… mais au moins j’aurai essayé!

Alors je me suis lancée. Je me suis auto-formée. J’ai tout appris sur le tas. J’ai cherché et trouvé des partenaires d’une grande valeur. Des ateliers de confection méticuleux, des stylistes-modélistes très compétents, des organisations d’artisans expérimentés… Petit à petit tout s’est imbriqué. Ce qui n’était qu’un rêve est devenu une évidence. Cela n’a pas été sans sueur et larmes, certes. Mais MUUDANA est sorti de terre.

Aujourd’hui, avec les équipes de l’atelier équitable PSE (Pour Un Sourire d’Enfant)

J’ai réussi à faire le lien entre le Cambodge et la France. Monter une chaîne de production éthique au Cambodge et vendre mes vêtements en France. Cette année j’ai ajouté le Laos dans la chaîne. Le deuxième d’une longue liste de pays reliés plus tard, je l’espère, dans une chaîne de production éthique et écologique.

La première collection de MUUDANA a été lancée il y a tout juste 18 mois. Tellement de choses se sont passées depuis! Les perspectives de développement sont multiples et réjouissantes! J’espère bien continuer à développer cette marque pendant de nombreuses années.

Toutefois, aujourd’hui je suis à un nouveau à un tournant de ma vie. C’est la première surprise de cet article!

Après avoir travaillé 3 ans au Cambodge au développement de cette chaîne de production éthique …. il est temps pour moi de revenir en France!

C’était absolument essentiel d’être sur le lieu de production au moment de la création de MUUDANA. Je n’aurais jamais pu faire tout ce que j’ai fait, créer une relation aussi forte avec mes partenaires, si j’étais restée en France.

Aude Schaeffer et ateliers de confection éthique
Aujourd’hui, avec les équipes de l’atelier équitable PSE (Pour Un Sourire d’Enfant)

Je suis vraiment reconnaissante d’avoir pu prendre le temps à Phnom Penh de créer une chaîne de valeur éthique, solidaire et stable.

Mais aujourd’hui, cette chaîne de production est (presque) rodée. Je ne suis plus autant indispensable sur place. A l’inverse, je sens le besoin d’être plus souvent présente en France afin de développer la marque auprès de ses consommateurs, organiser des évènements régulièrements, renforcer mon réseau professionnel.

Je me réinstalle donc en France à partir de fin mai! Eh oui très très bientôt!

Et… deuxième surprise…(roulements de tambours)…. comme je veux tout de même garder une présence quotidienne au Cambodge, continuer à y développer MUUDANA, et que j’ai généralement trop de travail pour une personne…. l’équipe s’étoffe avec le recrutement de Mario à Phnom Penh!

C’est un grand soulagement pour moi de pouvoir compter sur un collègue à partir de maintenant. Un accomplissement aussi en tant qu’entrepreneur!

Mais je n’en dit pas plus, dans une semaine, ce sera Mario qui se présentera à vous!

Et moi, je vous dit à très vite pour des événements à Paris et ailleurs en France!

6 Commentaires sur “Qui suis-je ? Par Aude Schaeffer, fondatrice de MUUDANA

  1. Pailliez says:

    Bravo ! On ne pouvait pas faire mieux ! Article très touchant , magnifiques photos , expérience extraordinaire ! On souhaite à muudana la réussite qu elle mérite

    • Mario Rodriguez says:

      Merci beaucoup Catherine d’avoir laissé un commentaire si positif! Je souhaite également à MUUDANA de continuer à se développer, je ferai mon possible pour garder cette identité et cette passion. Encore merci, c’est avec tout votre soutien que j’avance!

  2. HAVIARD-RIVA says:

    Merci pour ce passionnant déroulé d’une vie déjà bien remplie. Même si je la connaissais un peu il est important pour les clients, clientes de mieux te connaitre et de mieux comprendre ta démarche. Bravo pour l’initiative.

    • Aude says:

      Merci Sylvie pour ton gentil commentaire! C’est toujours un plaisir de te lire! Je suis contente que l’article t’ait plu! Aude

  3. François Lindet says:

    Aude, bravo pour cette présentation très attachante, sincère et professionnelle.
    Je vous reconnais bien là, parcours cohérent, touche personnelle, continuez à surfer sur la vague (je reviens du salon Produrable), tous mes vœux vous accompagnent car vous êtes bien dans la cible DD.
    Bien amicalement

Répondre à HAVIARD-RIVA Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.